Un cadeau tombé du ciel !

C’est avec beaucoup de joie et de gratitude que les couturières de l’atelier textile ont découvert une boîte cadeau contenant une machine à coudre électrique avec un certain nombre de programmes permettant en plus des points de base, de faire des boutonnières, des points de broderie, de poser des fermetures éclairs, etc…
Sibylle et François sont arrivés de France avec le vœu d’offrir à l’association cette machine toute neuve. Nous étions tous très heureux de cette surprise.

Yolande, adhérente de l’association présente à Cochin s’est proposée pour faire une formation sur les nouveaux programmes et chaque jour a donné l’occasion à chaque femme d’avoir un temps d’apprentissage avec beaucoup de patience et d’attention privilégiée pour chacune.

Nous remercions chaleureusement Sibylle, François et Yolande.

Energie et lumière au service du partage
Help Fondation EDF

Grâce à l’aide d’Yves, adhérent retraité de la société EDF, nous avons rencontré Robert en charge de projets humanitaires pour la Fondation EDF.
Robert a découvert l’association, ses projets et ses actions. Nous avons mis en route un dossier de demande d’aide financière pour l’installation de panneaux solaires sur le toit de l’atelier textile. Cela permettra un fonctionnement en autonomie avec le solaire.

Nous avons la chance au Kérala d’avoir un bon ensoleillement toute l’année, aussi au moment de la création de l’atelier nous avions déjà pensé à une installation photovoltaïque et nous avions mis en place l’installation pour les futurs câbles.

Ce dossier sera présenté à la commission EDF en septembre prochain. Si la subvention est acceptée, les travaux pourront être réalisés en octobre et sont évalués à une dizaine de jours.

Un envol bien mérité pour Réma

Voilà un peu plus de 10 ans nous avions rencontré Réma, une jeune femme qui venait de perdre son mari décédé en mer et qui s’était retrouvée seule avec ses 3 enfants dans des conditions de vie très précaires.
Pour trouver du travail, Réma a dû abandonner sa petite dernière âgée de 4 ans à une famille d’accueil.

Très touchée par la situation extrême de Réma, l’association décide de la salarier pour l’entretien du bureau "Travellers Paradise" et de l’atelier tout en prenant en charge les études des deux ainés et une assurance santé pour toute la famille.

Une donation privée permet ensuite la construction d’une petite maison sur l’ïle de Vypeeen qui entraine la possibilité pour Réma de récupérer sa petite fille dont elle a été séparée 3 ans.

De bout de chemin en bout de chemin, Réma se reconstruit, elle acquière confiance et autonomie financière. Elle marie sa fille aînée en 2013.
Cependant sa santé se détériore, les travaux physiques trop importants entraînent un problème de cœur et elle est suivie médicalement avec un traitement.
C’est à ce moment qu’elle reçoit une proposition de travailler dans une université d’état à Kottayam. Un travail de bureau idéal pour Réma, rien de physique, un bon salaire, une assurance santé et surtout la possibilité de toucher une retraite.
Elle passe les tests d’entrée avec succès et elle est toute heureuse de nous annoncer son envol vers une vie meilleure.

Nous souhaitons à Réma tout le succès qu’elle mérite et nous lui adressons tous nos vœux de bonheur pour elle et sa famille.

Fort Cochin, extrait d’un voyage intérieur
Le témoignage de Juliette

"6 novembre 2015, j’arrive à Fort Cochin dans le cadre d’une année sabbatique, avec au programme, laisser venir les choses les unes après les autres.
Les premiers moments sont intenses en découvertes, émotions. Une perte de repère totale qui ramène profondément à soi, dévoilant un panel d’émotions…
J’ai l’impression qu’ici je ne peux plus me cacher derrière mes apparences. L’objectif de ce voyage est la rencontre avec moi-même, alors petit à petit j’accepte de lâcher avec mes envies de bougeotte pour commencer à accueillir tout ce qui est là dans le quotidien.

C’est dans cette vie quotidienne que j’apprends doucement à observer ce qui m’entoure mais surtout ce qui se passe en moi. Se poser, c’est aussi laisser ma tête se poser et appréhender les émotions et les pensées plus sereinement, loin de la course permanente aux activités. Prendre le temps et apprécier chaque moment, chaque rencontre avec toute son intensité.

Je prends le temps de découvrir les gens qui m’entourent, les familles avec lesquelles je vis. Tous ces petits moments quotidiens qui m’enrichissent.

J’aurai finalement passé 4 mois à Fort Cochin, au cours desquels j’ai eu l’impression de me rapprocher toujours plus intimement de moi-même. Un voyage intérieur baigné dans la culture indienne, avec cette sensation agréable de ne pas avoir fait que passer."

Juliette, le 28 février 2016.

Tranquebar, des aides qui donnent des ailes

"Tranquebar, bien sûr, c’est la quiétude d’un village, de cette côte sauvage où les vagues chantantes ne cessent de fredonner, de cette nature omniprésente aux couleurs de fleurs multicolores, d’oiseaux aux plumages variés… mais c’est aussi une dure réalité pour ces femmes qui vivent pauvrement parfois seules sans aucun soutien ou avec des maris violents et alcooliques.

J’ai rencontré ce matin Manjula, elle est employée à l’hôtel Neemrana. Nous avons fait un bout de chemin ensemble et elle avait tellement de choses difficiles à exprimer (problème sur un rein, mari décédé quelques mois plus tôt, 6 enfants à nourrir, un travail dur physiquement et surtout cette sensation de solitude face à tant de douleur qu’elle commença à pleurer).
Je lui ai proposé de m’accompagner au centre et d’aller voir Jude. Elle m’a immédiatement suivie et cela lui a permis d’exprimer humblement toute la souffrance de son cœur, la lourdeur de son histoire, l’impression très forte d’être face à une voie sans issue.

Nous avons passé un temps en dehors du temps et ce qui est sûr c’est qu’elle est repartie plus légère. Jude lui a demandé d’amener tous ses examens médicaux et l’association va prendre en charge ses médicaments.
Le plus important dans tout cela étant l’expression des émotions qui amène une respiration intérieure et une liberté profonde.

Beaucoup d’autres femmes sont soutenues par l’association, elles viennent librement parler de leur quotidien et les aides se mettent en place.

Merci à tous pour vos donations qui amènent du réconfort et de la confiance. Ces femmes peuvent ainsi continuer d’éduquer et nourrir leurs enfants dignement."

Le mandala au cœur de l’école de Tranquebar

Avec Isabelle et Martine, nous avons vécu une belle expérience avec les enfants de l’école en travaillant sur le mandala.
Isabelle témoigne de son expérience :

"Quand le rendez-vous est pris avec Menaga, la maîtresse, pour une après-midi d’arts plastiques c’est déjà beaucoup de joie pour chacun de nous, les enfants, la maîtresse, le directeur, les femmes qui préparent le déjeuner, Sophie et moi. Nous savons tous que nous allons passer un très beau moment ensemble.

Ce jeudi de février il y a 13 enfants présents. Ceux qui ne viennent pas régulièrement sont venus, le message est passé dans le village !

Quand je rentre dans la classe sombre, je vois des sourires, des mains tendues et parfois hésitantes, j’entends des « hello, haye, good afternoon ». On se sourit, on rit, certains sont plus timides mais je crois que tous sont heureux. Et comme moi ils sont impatients et curieux de savoir quel exercice ils vont faire. Aujourd’hui c’est le coloriage de mandalas ! Sophie donne à chacun de nous une photocopie de différents modèles. Elle explique en anglais à la maîtresse qui traduit en tamoul. Les consignes sont entendues et respectées. Nous nous asseyons en tailleur par terre en rond. Au centre les crayons de couleur, les feutres, les gommes, les tailles crayons sont jetés comme un jeu de mikado. Les regards se croisent, les sourires se dissipent, s’estompent quand le coloriage commence. Je suis assise à côté d’eux avec un mandala à colorier. Martine est là aussi face à son mandala. Je sens les regards sur ma feuille, sur les couleurs des crayons que je choisis. Très vite je remarque le calme, le silence dans la classe. Je regarde les enfants, ils sont très concentrés. Quel plaisir de remplir de couleurs diverses et gaies tous ces petits espaces, vert, jaune, orange, rose, rouge, noir … De temps en temps je sens une légère caresse sur mon bras et quand je lève les yeux je rencontre une regard joyeux et je reçois beaucoup d’amour de l’enfant. Peu de bruits, quelques mouvements furtifs pour attraper le crayon de la couleur choisie. Doucement apparaissent des mandalas magnifiques, des rosaces pétillantes. Je termine mon travail quand 2 puis 3 enfants m’entourent. Ils aiment être à côté de nous. Leurs doigts s’agitent sur la feuille pour me montrer les derniers petits endroits à colorier. Ils m’aident à choisir une couleur. Et quand j’ai finis, j’entends « super ! super ! ». Ils m’envoient de petits bisous. Quelle beauté, quelle grâce d’être encouragée par les enfants ! Beaucoup d’émotions dans cet instant partagé simplement. C’est mon premier mandala en coloriage et je ressens ce que les enfants ressentent, de la joie, de l’amour, de la présence … merci à chacun."

Une bonne nouvelle pour l’école

Une donation privée va permettre à l’école d’être rénovée, les sols vont être refaits, les murs repeints.
Les travaux vont commencer en mai prochain. Ce projet redonne du baume au cœur aux deux instituteurs, Menaga et Baasha qui ont envie de maintenir en vie leur école.
L’association remercie avec beaucoup de gratitude les personnes pour leur donation.

De plus la mise en place d’un mini van pour assurer le déplacement des enfants matin et soir a été décidée. L’association va prendre en charge une partie de cette dépense qui est importante pour l’école.

Mars le retour…

Le retour de Anne à La Rochelle est prévu le 11 mars 2016, celui de Jude, Sophie et Isabelle, le 26 mars.

Bloom, ça bloom !

En avant-première, à noter dès à présent les dates de la prochaine expo Bloom à La Rochelle, du jeudi 19 au dimanche 22 mai de 14h30 à 18h30 chez Martine au 23 rue de l’Escale.

Remerciements

Tous les membres de l’association remercient vivement Eric pour cet énorme travail de mise en espace des lettres d’informations mensuelles, de l’actualisation régulière du site internet, Sylvie, Corinne et Shelag pour les traductions anglaises des lettres d’infos.

Merci à tous pour votre bienveillance, votre soutien et vos encouragements remplis de compassion.

A très bientôt en France ou ailleurs…